Étrangeté canine ?

Les dernières pluies ont provoqué l’apparition d’une nouvelle génération de champignons. Certains, très surprenants, se dressent au milieu des feuilles mortes. En voilà un qui a choisi de signer un pacte avec les mouches pour voir du pays. De la taille d’un doigt, sa tête est recouverte d’un gel visqueux et malodorant contenant des spores. Un met de choix pour les diptères qui disséminent ainsi le champignon. Il a reçu le nom de satyre des chiens, entre autres sobriquets disons… plus directs et familiers vu son aspect ! No comment.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Cheveux de glace

Surprenante découverte hier matin en forêt d’Argonne, à Fléville : un morceau de bois mort couvert de nombreux filaments blancs soyeux, très fins et plutôt esthétiques. Une vision presque irréelle au milieu du tapis de feuilles ternes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce n’est pas un étrange champignon comme je l’imaginais. Après enquête, il s’agit de cheveux de glace. Un phénomène peu courant qui prend forme tôt le matin, par temps calme, lorsque le thermomètre descend en dessous de 0°C. Le lieu aussi a son importance: uniquement sous nos latitudes, sur un sol forestier, humide mais pas encore gelé. Une dernière condition façonne cette éphémère apparition.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En réalité, c’est bien la présence d’un champignon dans le bois en décomposition de hêtre ou de chêne qui est à l’origine de ces cristaux de glaces incroyables. L’eau, qui s’extrait des pores du bois et gèle au contact de l’air froid, contient des composés liés à l’activité du champignon (Exidiopsis effusa pour les intimes). La chevelure de glace disparaîtra rapidement après le lever du soleil.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oursins des bois

Temps plutôt estival pour un week-end de la mi-octobre. Parfait pour une balade buissonnière en forêt de Fléville. Là, sur le tapis de feuilles mortes, une ligne de champignons reflète les quelques rayons du soleil qui ont réussi à franchir le couvert forestier automnal. Qu’ils sont élégants avec leur belle couleur légèrement saumon.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sous leur chapeau, ni lames, ni tubes mais des centaines de petits piquants qui cassent dès qu’on les touche du doigt. Ces aiguilles-là ne piquent que la curiosité ! L’odeur est fruitée, le toucher velouté, la chair ferme et la saveur douce, voici des « pieds de mouton » alias hydnes sinueux, alias oursins des bois ou encore barbes de chèvre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allez hop, petite cueillette des jeunes individus. Les plus vieux, souvent amers, sont laissés à la forêt. Ce midi, petite fricassée au menu… mais il en restera pour les copains.

Tardives chanterelles

Petit plaisir forestier : ramasser en famille un panier de chanterelles en tube. Ces champignons poussent par tapis entiers souvent sous les résineux : pins, épicéas…

chanterelles-en-tube-par-david-melbeck

Cousines de la célèbre girolle, les chanterelles ne possèdent pas de lamelles, mais des plis irréguliers et ramifiés. C’est sans doute la dernière cueillette de l’automne quoiqu’elles supportent les premières gelées.

chanterelles-en-tube-david-melbeck

Le tout a vite été préparé en fricassé et dégusté le soir même…