Rafales vs libellules

Les larves de la plus grande libellule de notre mare, l’anax empereur, semblent toutes obéir au même mystérieux signal en ce moment.

Elles escaladent les tiges de roseaux massette pour opérer leur extraordinaire transformation.

Quelle idée ! Des rafales de vent soufflent à plus de 70 km/h depuis 3 ou 4 jours, le tout accompagné de violentes averses. Leur métamorphose est vouée à l’échec.

Bien que les libellules réussissent à s’extirper de leur enveloppe larvaire, le vent ballottent sans cesse leurs ailes encore molles et les abîme irrémédiablement. Les délicates membranes se collent, se froissent, se plient ou se chiffonnent puis finissent par durcir en l’état.

Les pauvres insectes se retrouvent coincés sur leur tige, incapables de prendre leur envol. Seule la promesse d’une vie aérienne s’est envolée.