Collete, l’abeille lapin

De ces terriers là, sortent de drôles de lapins… Ou plutôt de colletes lapin comme on les surnomme. De bon matin, ces surprenantes abeilles sauvages patientent à l’entrée de leur nid.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Leurs antennes dépassent à peine de leur tunnel. Elles doivent se réchauffer avant de commencer leur journée de travail. Colletes cunicularius, c’est son nom savant, a beau ressembler à sa cousine à miel, sa vie est pourtant bien différente. La femelle creuse une galerie de 40-50 cm dans le sol meuble en guise de nid.

Colletes cunicularius et terrier - David Melbeck

Nulle reine, ni vie en société organisée, chaque individu possède son petit chez lui mais souvent très proche des voisins si bien qu’ensemble, les colletes lapin forment des villages de plusieurs dizaines ou centaines de terriers appelés bourgades.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au ras du sol, les rondes incessantes et bruyantes des mâles prêts à s’accoupler ou les allées et venues des femelles chargées de pollen ne passent pas inaperçues.

Collete lapin en vol - David Melbeck

Régulièrement, cette animation attire l’attention d’une abeille coucou comme le sphécode. Ne vous fiez pas à son joli abdomen rouge vif, c’est un parasite qui tue les larves de la collete pour pondre ses œufs dans son nid.

Sphecodes envol- David Melbeck

Sphecodes - David Melbeck

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s