Atchoum !

À la fin du printemps, les graminées confient leur trésor à la brise. Dactyle, pâturin, ray-grass ou encore ici vulpin chargent le vent de transporter leur délicat pollen pour féconder d’autres herbes de leur espèce, peut-être à des centaines de kilomètres d’ici. Une petite partie de ces milliards de grains de poussière iront irriter les muqueuses de certains d’entre nous. Le rhube des foins, vous connaissez ?

Vulpin - pollen- David melbeck

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s