Dames de nuit

Une silhouette se dessine derrière un volet : la petite pipistrelle a retrouvé son refuge après ses rondes nocturnes. En attendant de trouver un abri sûr pour hiberner cet hiver, elle choisit temporairement des gîtes dit « de transition », même dans nos maisons.

chauve-souris-derriere-volet-david-melbeck

En Lorraine, mon Papa, qui emploie son temps libre à restaurer bénévolement une fortification du système « Séré de Rivières » de 1876, nous fait visiter les lieux. Ce fort chargé d’histoire recèle aussi des espèces de chauves-souris très rares (et protégées) : quelques grands rhinolophes sont suspendus ici où là.

grand-rhinilophe-david-melbeck

On les reconnaît à leur manière de s’envelopper de leurs ailes, leur taille mais aussi à leur drôle de bidule sur le nez appelé feuille nasale. C’est un outil de haute technologie, sorte de sonar, qui émet des ultrasons. Grâce à ce système d’écholocation, la chauve-souris obtient « une image auditive » très précise de son environnement, même dans l’obscurité la plus totale !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s