Couleuvre à l’œuvre

Quel est donc ce serpent qui se faufile sur le talus à mon approche ? Je m’arrête et je vois distinctement ce collier jaune-beige. Pas de doute, ce n’est pas une vipère : je tends la main pour l’attraper délicatement. C’est une jeune couleuvre à collier (elle porte très bien son nom). Qu’elle est belle (ce n’est pas l’avis d’Isabelle, ma compagne, qui s’est tout de suite écartée d’une dizaine de mètres…) !

couleuvre en digestion

Le reptile me fait savoir qu’il n’aime pas être manipulé en délivrant un liquide nauséabond et tenace via son cloaque… (l’odeur ne partira qu’après deux ou 3 lavages de mains !). En le regardant attentivement, je m’aperçois d’une grosseur au milieu de son corps : cette couleuvre vient d’avaler une proie et je l’ai dérangée en pleine digestion ! Après quelques photos, je la relâche à l’endroit même de sa capture. Les couleuvres à collier sont très territoriales.

Couleuvre-à-collier

Une réflexion sur “Couleuvre à l’œuvre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s